Plus de logements et une utilisation rationnelle du sol!

La majorité du monde politique et de la population s’est approprié le slogan « des logements pour nos enfants ». Pourtant lorsqu’il s’agit de construire à Genève, c’est plutôt l’égoïsme qui prévaut avec la formule consacrée « not in my back yard », soit  pas dans mon jardin.

Cette votation semble ne pas échapper à cette règle, même s’il ne s’agit pas d’un projet en particulier. S’il est avéré que lorsque nous votons pour un projet de déclassement, tel celui des Cherpines, plus on s’éloigne du lieu, plus il rencontre l’adhésion populaire. Ici nous sommes dans une autre démarche, qui relève peut-être plutôt de l’opportunisme.

Ce projet de loi qui a rencontré une large majorité au Grand Conseil vise à utiliser le sol de façon rationnelle. Il prévoit de fixer dans la loi un indice de densité minimal pour les zones de développement, afin d’éviter le gaspillage de terrains. Cet indice est proche des valeurs actuelles, mais il consiste en un garde-fou important au vu des velléités de certains de toujours construire moins à côté de chez eux. A titre d’exemple, le Lignon est largement en dessus de cet indice minimal et ne serait pas touché par cette loi.

Enfin en aucun cas il n’est prévu de rehausser des immeubles, la loi ne s’appliquera qu’aux nouveaux projets.

La motivation des référendaires ou des opposants est d’autant plus incompréhensible, que ce sont ceux qui en principe défendent la zone agricole et les zones villas. Cette loi, si elle est acceptée, protégera justement ces 2 zones, puisqu’elle densifiera la zone de développement, permettant ainsi de maintenir ces 2 zones en l’état.

Genève a besoin de pouvoir loger non seulement ses enfants, mais également ses familles, contraintes à quitter le canton et ses travailleurs qui en habitant à l’extérieur et en effectuant tous les jours de longs trajets contribuent à la détérioration de notre qualité de vie.

Si vous êtes pour un développement durable, pour pouvoir créer plus de logements et pour éviter de gaspiller, il faut voter OUI le 9 février !

Nathalie Schneuwly
Présidente des Genevoises PLR